Page:James Henry - L Eleve.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Vous l’avez entraîné trop loin, vous l’avez fait marcher trop vite, — jeta-t-elle à Pemberton par-dessus son épaule.

Son fils ne protesta pas et l’instant d’après, le tenant toujours dans ses bras elle se leva soudainement, les traits convulsés, et avec un cri de terreur :

— Au secours ! au secours ! Il se meurt, il est mort !

Pemberton comprit, avec une horreur égale, à la fixité du visage de Morgan que rien ne pouvait le rappeler à la vie. Il l’enleva à demi aux bras de sa mère et, pendant un instant, comme ils le soutenaient ensemble, tous deux mirent toute leur détresse dans leur regard.

— Il n’a pas pu supporter cela, son cœur était trop faible, — dit le jeune homme, — ce choc, toute cette scène, la violence de son émotion…

— Mais je croyais qu’il voulait s’en aller avec vous ! — gémit Mrs Moreen.

— Je vous disais bien que non, ma chère, — répondit son mari.

Il était tout tremblant et, à sa façon, aussi affligé que sa femme. Mais au bout d’un instant, il supporta son épreuve en homme du monde.

HENRI JAMES


(traduit par l. wehrlé et m. lanoire)