Page:Janin - Les catacombes, tome 4.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
159
de martial.

donner chaque année une livre d’argent : je n’achète pas si cher une demi-livre de poivre.

À cette réponse, Scévola sortit en rougissant de colère, et toute l’assemblée battit des mains à Martial.

Alors l’honnête Cimber, s’approchant de moi : — Vous vous êtes surpassé ce soir, mon ami Martial ! Accepter ce petit cachet, qui représente le jeune esclave de Brutus.

Je mis l’anneau à mon doigt, et je dis à Cimber :

— Acceptez en revanche ce distique, que j’ai fait hier pour votre tableau d’Héro et Léandre :

« L’audacieux Léandre, poussé par l’amour, s’écriait au milieu des flots : — Flots orageux, ne m’engloutissez qu’à mon retour ! »

— Que pensez-vous, me dit le savant Cotta, du Moucheron de Virgile ?

— C’est un éclat de rire après l’Arma virumque, lui répondis-je.

— Et le poëme des Grenouilles d’Homère ?