Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/153

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
145
L’INFÂME

ans, il a déjà fait trois maladies mortelles, échappant comme par miracle à chacune, sans compter les menus rhumes, grippes, accidents et malaises de toutes sortes.

— Vous verrez, répète-t-on à sa mère qui ne demande pas mieux que de se laisser convaincre, vous verrez qu’il enterrera tous ceux de sa génération : ces oiselets délicats n’en font jamais d’autres.

Pour l’instant, l’oiselet ne semble guère avoir envie de jouer, et s’étant approché d’une fenêtre, il contemple gravement la poudrerie. Peut-être essaie-t-il de se représenter les sensations qu’on éprouve quand on déboule

Le plus fort, c’est qu’il a raison : il est réellement tombé d’une voiture, un jour d’hiver, alors qu’il avait un an ou deux. Je ne me rappelle plus bien, mais je ne peux pas voir qu’il ait eu plus de deux ans, à cette époque. C’était un Premier de l’an, et toute la famille devait se réunir chez grand-père ; nous-mêmes, nous devions nous y rendre en deux groupes, Gilberte et moi formant le premier. Voilà ma sœur malade pour qu’on