Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/154

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
146
CONTES D’HIER

lui confie Lucien ; comme Alice avait alors un autre enfant de quelques mois, elle ne se fit pas trop prier, et après mille recommandations, on nous remit Lucien, si bien entortillé dans les châles et les cache-nez, qu’il avait l’air d’un gros boudin. Toute fière, Gilberte s’installe avec son poupon sur les genoux, et nous voilà partis.

Il poudrait, peut-être pas autant qu’aujourd’hui, mais enfin les chemins n’étaient pas beaux. Comme je n’avais guère l’habitude des chevaux, je commis quelques maladresses : le sleigh fit des soubresauts, ou bien il enfonçait tout à coup dans la neige molle, ou encore, il penchait, penchait, comme si nous allions verser. Gilberte n’avait pas peur. Jamais, au contraire, elle ne s’était tant amusée. Mais plus conscient du danger, ou peut-être seulement piqué dans ma vanité, je pris les choses autrement, et la priai de se taire, et de ne plus me troubler par ses bavardages. Puis, me levant, je concentrai toutes mes énergies, les yeux fixés en avant, sur la route comble de neige, où la poudrerie promenait ses brouillards mouvants. J’avais une peur bleue que le cheval ne « prît l’épouvante », ou n’allât s’embourber dans quelque banc de neige.