Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/156

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
148
CONTES D’HIER

rent vite les larmes commençantes. Durant tout le reste du trajet, elle ne cessa de lui conter mille choses tout bas, en l’embrassant à pleins bras et à pleines lèvres ; mais, timide, elle n’osait m’adresser la parole à moi-même.

Il en fut de même chez grand-père où on remarqua sa préoccupation, malgré qu’elle essayait d’être gaie. Aussi, dès que je pus la rejoindre, je m’excusai sincèrement de ma conduite malhonnête, en lui promettant de ne jamais souffler mot de ce qui était arrivé, et en l’engageant à faire de même.

— Cela vaut mieux, lui dis-je.

Elle hésita…

— Je crois qu’il n’a pas grand mal, fit-elle enfin en levant sur moi ses yeux anxieux ?

— Bah ! Pas le moins du monde ! Il était bien trop enveloppé pour cela. S’il avait eu mal, il nous l’aurait fait savoir, à sa manière, par des cris et des larmes. Il n’a pas l’habitude de se priver.

Cette dernière remarque la fit rire, et l’incident se trouva clos.