Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
8
CONTES D’HIER

il avait bu plus que de raison et ne se rendait peut-être pas compte du plein sens de ses paroles. Mais le sang me bouillait, à moi. J’ai voulu lui donner une leçon, et Dieu veuille qu’il s’en souvienne. Que trouvez-vous de si blâmable dans ma conduite ? Bien d’autres en auraient fait autant.

— Peut-être, dit-elle. Mais quelqu’un qui me parlait de vous, longtemps avant que je fisse votre connaissance, me disait à moi : « Malgré les excellentes qualités qu’il a, je plains celle qu’il aura épousée. Ne me parlez pas d’être à la merci d’une colère ! »

— Vous n’allez pas vous fier à tous les cancans des bonnes femmes ?

— Mes parents mourraient de chagrin, s’ils me savaient malheureuse.

— Je suis trop prompt, je l’avoue. Et jusqu’ici j’ai trop peu travaillé à me corriger de ce défaut. Mais vous me rendrez meilleur. Il me semble même que je commence à être tout autre, rien que d’avoir vu votre visage triste à cause de ma conduite vilaine.

Elle secoua la tête.

— Il faudrait prouver que vous avez changé.