Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/164

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
156
CONTES D’HIER

de vous. Ce ne sont pas des souvenirs de lectures, ni rien de ce genre ? — Mais certainement… — J’en étais sûre. D’ailleurs, ajouta-t-elle, vous aviez une faute d’orthographe et je l’ai laissée… »

La jeune fille s’en retourna à son banc, étonnée, encore une fois et… bien heureuse. Ainsi, ce n’était pas trop mal ? On lui faisait l’honneur de douter de ses talents ? De ceci, elle n’était pas surprise : la faute en était d’abord à ses compagnes qui n’avaient rien voulu faire, et pour qui ne la voyait qu’en passant, pouvait-on deviner que cette enfant fort sage et même timide à ses heures, possédait en bonne quantité, cette chose un peu folle qui s’appelle l’imagination ? Mais elle avait beau relire en pensée son petit travail, et aujourd’hui encore en rappelant ses souvenirs, elle ne voit et ne voyait là-dedans rien que de bien simple, de très jeune surtout. La description pouvait être assez fraîche. Peut-être avait-elle réussi à capter un rayon du soleil levant, et l’avait-elle mis là, entre les pages du cahier ? C’est merveilleux, un rayon de soleil.

Toujours est-il que quelques jours plus tard, à la distribution solennelle des récompenses, elle