Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/20

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
12
CONTES D’HIER

— Je le pense bien.

— Il vaudrait peut-être mieux la conduire chez le docteur. Elle est comme qui dirait nerveuse… Une nouvelle qui la surprend, la saisit, et c’est comme si elle allait tomber en syncope. Tu n’as pas remarqué ? Ainsi, après la messe encore, quand je lui ai dit que le curé avait publié un mariage, elle m’a demandé qui se mariait ? Je lui ai répondu que c’était la petite Poirier du Bord-de-l’eau, avec Dominique, celui qui travaille chez Chose là-bas, et qui passait si souvent. Tu ne pouvais pas la voir, toi, parce qu’elle te tournait le dos, mais je me suis bien aperçu qu’elle pâlissait et qu’elle avait les yeux comme chavirés. Elle a dit : « C’est surprenant… » C’est pas de la maladie, ça ?

— Sûr et certain. Il faut absolument l’emmener chez le docteur !

Le médecin ordonna des fortifiants et conseilla de traiter la jeune fille avec tous les ménagements possibles. À la longue, elle parut se remettre un peu, et les saisons se succédant les unes aux autres, l’automne finit par revenir.

Un soir assez doux, comme la Louise faisait en-