Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
19
LE SECRET DE JEANNINE

— Demain ?

— Non non, ce soir, dans ton petit lit.

Le joli sourire disparut, et presque inquiète :

— Mais la Messe de minuit, s’enquit l’enfant ?

— Ma Jeannine est une grande fille, commença la maman avec beaucoup de douceur, en avançant les bras pour saisir la petite, on peut, n’est-ce pas, lui demander un petit sacrifice ?… La fillette recula brusquement, interdite :

— J’y vas pas ?… s’écria-t-elle d’une voix déchirante.

— Mignonne, ce sera pour l’an prochain, fit la maman, tendant les bras de nouveau.

— Pour l’an prochain, dit madame Challau. Mais l’enfant fit encore deux pas en arrière et avec le même geste tragique de désespoir :

— J’y vas pas !… répéta-t-elle. Et tout à coup, elle éclata en pleurs :

— Et le ’tit Jésus qui m’attend, sanglotait-elle, j’y ai dit dans ma prière !…

Sa mère la prit sur ses genoux, l’y berça tendrement, lui murmurant de douces choses, de ces riens qui, d’ordinaire, consolent vite les enfants ; elle lui parlait de sa tante qui viendrait demain,