Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
36
CONTES D’HIER

ce dessus de coussin, portant trois roses sur un fond de toile écrue, extrêmement difficile d’exécution, et que son père trouvait moyen de montrer à tous les visiteurs : « C’est de ma fille ! Elle avait commencé cela au couvent, voyez-vous… » Suivant sa promesse, Claire allait régulièrement rendre visite à ses anciennes maîtresses, reçue par elles à bras ouverts, et traitée maintenant en jeune amie et en demoiselle, ce qui était bien amusant. On causait gaiement et avec abandon, et, à leurs questions affectueuses, Claire prenait un air tout sérieux et avec un mouvement de tête, comme si la chose était incroyable : « Mère, je suis heureuse comme tout ! », disait-elle.

Profitant des fêtes qui suivent ordinairement les grandes réunions familiales de Noël et du Jour de l’An, monsieur et madame Guilbaut voulurent lancer, d’une façon officielle, leur fille dans le monde, un monde en petit, composé de la meilleure société de L… auquel leur famille appartenait de droit. Ce fut un beau succès. Sa joliesse, son charme, sa fine distinction, lui valurent d’emblée tous les suffrages. Des gens sages et observateurs vinrent confier à ses parents, étouffés d’émotion, qu’elle était la jeune