Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
45
LES LILAS

rieur. Vous y serez chez vous, du moins, je l’espère. J’ai tant essayé de me conformer à tous vos goûts. Non, j’ai menti tout à l’heure, ce n’est pas moi qui ai fait les plans de cette villa, c’est Mademoiselle Claire Guilbault, architecte incomparable.

Il continuait de rire, après ce badinage moins léger qu’on eût pu croire, en poussant la grille basse en fer forgé. Ils entrèrent. Claire ne voulut pas monter, et son compagnon se mit à lui nommer les pièces, le grand salon, le boudoir, la salle à manger, etc… avec un telle assurance que la jeune fille sourit.

— Êtes-vous certain que les locataires n’en décideront pas autrement ?…

— J’ai l’affiche toute prête, Claire, « Maison à louer ou à vendre ». Dites-moi si je dois la coller… dès demain ?…

— Mais, fit-elle avec un sourire qui se figeait et un peu nerveusement, excusez-moi, il faut que je me sauve, m’accompagnez-vous ? Les gens…

Paul Hervé Deland se plaça devant la porte et croisa les bras. Un flot de sang lui empourpra le visage.