Page:Jarret - Contes d’hier, 1918.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
III
PRÉFACE

resque saisissant et de l’émotion contagieuse. C’était dans la littérature la transposition d’un art bien féminin ; l’auteur semblait de son aiguille fine et habile tracer sous mes yeux les dessins et les arabesques d’une broderie élégante et harmonieuse. Aussi quand l’idée lui vint de les rassembler, d’en faire un volume, sans hésitation j’ai dit oui.

Le volume est entre vos mains, ami lecteur, lectrice amie. Ouvrez-le avec indulgence, vous serez bientôt sous le charme des beautés qu’il renferme. Vous vivrez grâce à lui des heures radieuses et calmes au milieu de gens que vous connaissez déjà, ce sont nos gens ; sous un ciel que vous avez souvent admiré, notre ciel ; dans un décor dont les détails vous sont familiers, le décor de nos maisons, de nos fermes, de nos campagnes, de nos villes. À l’auteur, devenue votre amie et qui mérite de l’être, vous direz, en fermant son livre : Quand nous reviendrez-vous ? — Elle a un trop grand amour du travail, une facilité trop spontanée, une sensibilité trop vive, un esprit d’observation trop fin, pour ne pas répondre immédiatement : Bientôt !

M. M.