Page:Jaurès - Histoire socialiste, IV.djvu/61

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

lui apparaît ici comme l’arbitre suprême, la question insoluble où se débat l’esprit ? Pourquoi veut-elle que le peuple, un jour, si des événements funestes se produisent, s’accuse lui-même au lieu d’accuser la Convention ? Ce serait un désespoir national bien plus profond encore, une crise morale bien plus redoutable, parce qu’en atteignant la confiance de la nation en elle-même, elle atteindrait les racines mêmes de la vie nationale. Pétion aggrave le problème de toutes les incertitudes et de toutes les responsabilités avant de le rejeter sur le peuple.

La Tête de Louis XVI
Qu’un sang impur abreuve nos sillons.
(D’après une estampe du Musée Carnavalet.)


Mais n’était-ce point parce que le fardeau pouvait devenir accablant que la Convention devait le porter elle-même, au risque de plier un jour ? Aussi