Page:Jean de Rotrou-Oeuvres Vol.4-1820.djvu/81

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


La même vérité vous parle par sa bouche :

Sire, de cette part souffrez qu'elle vous touche,

D'autant plus qu'elle tend à votre commun bien,

Et que votre intérêt s'y trouve avec le sien. [1400]


Créon

Ô conseil, ô prière et ridicule et folle !

Que j'apprenne si vieux d'une si jeune école !


Hémon

Ne regardez pas l'âge, et pesez la raison.


Créon

La raison n'est pas mûre en si verte saison.

Appelles-tu raison de faire honneur au crime ? [1405]


Hémon

Non, s'il passe pour tel ailleurs qu'en votre estime.


Créon

Qui m'a désobéi mérite le trépas.


Hémon

Le peuple toutefois ne le confesse pas.


Créon

Lui-même est criminel s'il censure son prince.


Hémon

Faites donc le procès à toute le province. [1410]


Créon

Elle et ses habitants sont esclaves des rois.


Hémon

Oui, si les rois aussi sont esclaves des lois.


Créon