Page:Jevons - La monnaie et le mécanisme de l’échange.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE XX
Comptes courants et organisation des banques.


On réalise, ainsi que nous l’avons vu, une économie considérable de métaux précieux, en faisant circuler, au lieu de monnaie d’or, des morceaux de papier qui la représentent. Mais il y a une source bien plus abondante d’économies dans ce qu’on appelle le système du chèque et du clearing, ou liquidation par compensation, système dans lequel les dettes sont moins payées que mises en balance les unes avec les autres. Le type de la méthode se trouve dans la pratique ordinaire du livre de comptes courants. Si deux maisons ont l’une avec l’autre des transactions fréquentes, dans lesquelles elles achètent et vendent alternativement, ce serait une dépense de monnaie absurde que de régler immédiatement chaque dette contractée, lorsqu’on peu de jours il peut s’en contracter une dans la direction opposée. Par conséquent, c’est l’usage, pour les maisons qui ont des transactions réciproques, de porter sur leurs livres au débit et au crédit l’une de l’autre la dette résultant de chaque transaction, et de n’effectuer un paiement réel que lorsque la balance atteint des proportions considérables et trop incommodes. Un courtier d’assurances agit comme intermédiaire entre les propriétaires d’un navire et les membres des compagnies qui l’assurent chacune pour leur part. Il doit donc faire aux assureurs un grand nombre de petits paiements pour les primes des polices, et, à son tour, il reçoit de temps en temps des indemnités pour les navires assurés qui se perdent. L’usage s’est établi d’éviter les