Page:Joseph Reinach - Histoire de l’Affaire Dreyfus, La Revue Blanche, 1901, Tome 1.djvu/519

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans le chiffonnier d’une ambassade un papier annonçant l’envoi de quatre pièces. On soumet ce papier à des experts. Trois reconnaissent mon écriture, deux déclarent que l’écriture n’est pas de ma main, et c’est là-dessus qu’on me condamne. À dix-huit ans j’entrais à l’École polytechnique. J’avais devant moi un magnifique avenir militaire, cinq cent mille francs de fortune et la certitude d’avoir un jour cinquante mille livres de rente. Je n’ai jamais été un coureur de filles ; je n’ai jamais touché une carte de ma vie ; donc, je n’ai pas de besoins d’argent. Pourquoi aurais-je trahi ? Pour de l’argent ? Non ; alors quoi ? — Et, qu’est-ce que c’était que les pièces dont on annonçait l’envoi ? — Une très confidentielle et trois autres moins importantes. — Comment le savez-vous ? — Parce qu’on me l’a dit au procès. Ah ! ce procès à huis clos, comme j’aurais voulu qu’il fût public et qu’il eût lieu au grand jour ! Il y aurait eu certainement un revirement d’opinion[1]. »

L’entrevue du 31 décembre lui revient à la mémoire. « D’ailleurs, dit-il, le ministre lui-même sait que je suis innocent. Il m’a envoyé dans ma prison le commandant Du Paty de Clam me demander si je n’avais pas livré une pièce sans importance pour en obtenir d’autres en échange. » Et Dreyfus rapporte sa réponse à Du Paty : Non, qu’il n’est pas plus coupable d’amorçage que de trahison ; et qu’il veut toute la lumière[2]. Puis, il répète encore à Lebrun-Renault qu’il est innocent,

  1. Figaro du 6 janvier, Récit d’un témoin.
  2. Cass., I, 815, réponse de Dreyfus, du 5 janvier 1899, à la commission rogatoire de la Cour de cassation, en date du 30 décembre 1898, envoyée par dépêche à Cayenne, et communiquée au condamné par le président de la Cour d’appel. (Procès-verbal signé Danjean, Dreyfus, Darius.) — Rennes, I, 40 ; II, 236 ; III, 82, Dreyfus.


32