Page:Joseph Rosny - Firmin ou le Jouet de la fortune, 1798, II.djvu/182

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


AVERTISSEMENT NÉCESSAIRE, ou PRÉFACE INUTILE.




Je vous ai trompé, mon cher lecteur, j’ai abusé de votre bonne-foi en donnant à mon ouvrage un titre fallacieux, mais je vous en demande mille et mille pardons ; je conviens qu’un pareil abus de confiance est bien mal de ma part, mais en vérité ce petit charlatanisme était plus que nécessaire, il était indispensable. C’est un peu de votre faute ;
pour-