Page:Journal de l’agriculture, du commerce et des finances - septembre 1765 - T2 - Part 1.djvu/54

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


contradictoires et absurdes établies successivement chez les nations, prouve manifestement que les loix positives sont sujettes à s’écarter souvent des régles immuables de la justice, et de l’ordre naturel le plus avantageux à la société.

Quelques Philosophes absorbés dans l’idée abstraite du droit naturel des hommes, qui laisse à tous un droit à tout, ont borné le droit naturel de l’homme à l’état de pure indépendance des hommes les uns envers les autres, et à l’état de guerre entr’eux pour s’emparer les uns et les autres de leur droit illimité. Ainsi, prétendent ces Philosophes, lorsqu’un homme est privé par convention, ou par une autorité légitime, de quelques parties du droit naturel qu’il a à toutes les choses propres à sa jouissance, son droit général est détruit ; et cet homme se trouve sous la dépendance d’autrui par ses engagemens, ou par une autorité coactive.