Page:Journal de l’agriculture, du commerce et des finances - septembre 1765 - T2 - Part 1.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cours réglé de tout évenement physique de l’ordre naturel évidemment le plus avantageux au genre humain.

On entend ici par loi morale la régle de toute action humaine de l’ordre naturel évidemment le plus avantageux au genre humain.

Ces loix forment ensemble ce qu’on appelle la loi naturelle. Tous les hommes et toutes les Puissances humaines doivent être soumis à ces loix souveraines, instituées par l’Étre Suprême : elles sont immuables et irréfragables, et les meilleures loix possibles ;[1] par conséquent la base du gouvernement le plus parfait, et la

  1. L’ordre naturel le plus avantageux aux hommes, n’est peut-être pas le plus avantageux aux autres animaux ; mais dans le droit illimité l’homme a celui de faire sa part la meilleure possible. Cette supériorité appartient à son intelligence ; elle est de droit naturel, puisque l’homme la tient de l’Auteur de la nature, qui l’a décidé ainsi par les loix qu’il a instituées dans l’ordre de la formation de l’Univers.