Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/296

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
296
l'île mystérieuse.

Les produits affectaient les formes les plus réjouissantes. (Page 295.)

Or, comme Cyrus Smith n’était pas chasseur et que, d’un autre côté, Harbert parlait chimie et physique, ce jour-là, bien des kangourous, des cabiais ou des agoutis passèrent à bonne portée, qui échappèrent pourtant au fusil du jeune garçon. Il s’ensuivit donc que, la journée étant déjà avancée, les deux chasseurs risquaient fort d’avoir fait une excursion inutile, quand Harbert, s’arrêtant et poussant un cri de joie, s’écria :

« Ah ! monsieur Cyrus, voyez-vous cet arbre ? »

Et il montrait un arbuste plutôt qu’un arbre, car il ne se composait que d’une tige simple, revêtue d’une écorce squammeuse, qui portait des feuilles zébrées de petites veines parallèles.