Page:Jules Verne - L’Île mystérieuse.djvu/344

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
344
l'île mystérieuse.

« Terre ! » cria Pencroff. (Page 340.)

la nôtre. Si donc nous ne retrouvons pas le naufragé, du moins notre voyage n’aura pas été inutile, et Dieu nous aura récompensés !

— Sans doute, répondit Gédéon Spilett ; mais à voir l’état dans lequel se trouvent ces plantations, on peut craindre que l’îlot ne soit plus habité depuis longtemps.

— En effet, répondit Harbert, un habitant, quel qu’il fût, n’aurait pas négligé une culture si importante !

— Oui ! dit Pencroff, ce naufragé est parti !… Cela est à supposer…

— Il faut donc admettre que le document a une date déjà ancienne ?

— Évidemment.