Page:Julien Delaite - Glossaire des jeux wallons de Liège (BSLLW, t. 14 (s. 2), pp. 127-174), 1889.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 166 —

est impair, tout revient aux adversaires qui continuent de la même façon, à tour de rôle.

Pouce (J. ’ne ou âx). Le chat, où l’un des joueurs poursuit les autres jusqu’à ce qu’il en touche un qui trime à son tour.

Pouce accropiou (J. ine). Le chat accroupi. Tout joueur devient inviolable s’il est accroupi, telle est la règle de cet autre jeu de chat.

Pougnège. Tirage au sort pour désigner les clans dans certains jeux.

Pougneu. Celui qui tire au sort.

Pougnî. 1º Tirer au sort pour partager les joueurs en camps. 2º Couper, au jeu de cartes.

Pourèye (J. ine ou âx). Le jeu de barres. Très compliqué. Les joueurs d’un camp cherchent à toucher (plaquî) ceux de l’autre. Tout joueur plaquî doit se rendre aux pourèye gardées par le camp opposé, et ne peut plus prendre part au jeu à moins qu’un ami vienne le délivrer.

Pourichinelle. Polichinelle.

Poye (J. à l’). La poule, jeu de cartes.

Préchî. Prêcher. Lorsqu’à la campagne l’enfant fixe le fil à la pointe qui termine l’abdomen du hanneton, celui-ci continue ses battements d’ailes un certain temps après que l’enfant l’a saisi de ses doigts par cette pointe, chose qu’il parvient à faire en s’aidant du fil.

Prinde si côp. Frapper très doucement la première fois sur le calot du trimeur en différents jeux de billes.

Prinde sès fosse. Faire entrer son calot ou sa bille dans le pot.

Prumîre. La quille 1. (V. fig. au mot bèye.)

Pus foirt chivâ (J. â). Le cheval fondu. (V. pau foirt chivâ.)

Pus haut, Pus bas (J. â). Plus haut, plus bas. Une corde