Page:Julien Delaite - Glossaire des jeux wallons de Liège (BSLLW, t. 14 (s. 2), pp. 127-174), 1889.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 139 —

pierre jusqu’à formation d’un rebord fibreux. Ou bouche une extrémité de la branche creuse au moyen d’une groseille, d’un pois ou de quelque autre objet analogue. L’air comprimé par le piston fait sauter l’obstacle avec bruit.

Boule (J. à l’). Le jeu de la balle, du ballon, bien connu.

Boule (J. âx). Le jeu de boules. Une pierre de 3 mètres de longueur environ et de 60 à 70 centimètres de largeur, et sur le bout de laquelle sont creusées neuf fossettes sur trois lignes parallèles (parfois cinq fossettes formant un carré). On joue avec des boules que l’on cherche à introduire dans ces pots ayant chacun une valeur déterminée.

Boulet. La boule du jeu de quilles.

Boulèye. Pot. La mise des joueurs aux jeux de billes.

Bourlâ. Mise au jeu de quilles. Parfois la somme que chaque joueur paie au bèyeteu.

Bourlouf (Trô). Jeu de société. V. trô bourlouf.

Bouyotte (Fer ’ne). Jeter une pierre à l’eau de façon à produire le bruit d’une bouteille qu’on débouche. Cp. chouque, trompet.

Brâye. Petit corset de ficelle qui enserre l’oiseau que l’enfant rappelle au perchoir (fer riv’ni so l’crosse). V. ce mot.

Brébâde. Arrêt dans le jeu de crosse (crâwe) avant de demander ine haute ou ine basse ? Fer’ne brébâde, s’arrêter.

Brèsse (Avu s’). Se dit d’un joueur qui, au jeu de la trime (â cay’té) arrive à une longueur de bras du calot du trimeur, auquel cas il lui est permis de prendre la position qu’il veut pour le chasser.

Brise (J. à l’). Pour ce jeu l’enfant se sert de deux bâtons, dont l’un court et pointu, qu’il lance au moyen de l’autre. Syn. : chèt, kini-kinaye, bâdèt.

Brôdeure. Au jeu de l’oie, corde qui suspend le jambon ou le dindon.