Page:Kant - Doctrine du droit.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



INTRODUCTION
À LA MÉTAPHYSIQUE DES MŒURS.

I.
DU RAPPORT DES FACULTÉS DE L’ÂME HUMAINE AUX LOIS MORALES.


La faculté de désirer[1] est la faculté d’être cause des objets de ses représentations par le moyen de ces réprésentations mêmes. La faculté qu’a un être d’agir conformément à ses représentations s’appelle la vie.

D’abord, au désir ou à l’aversion est toujours lié le plaisir ou la peine, dont l’affection[2] se nomme sentiment[3] ; mais la réciproque n’est pas toujours vraie, car il peut y avoir des plaisirs qui ne se lient par eux-mêmes à aucun désir de l’objet, mais simplement à la représentation que l’on s’en fait (que cet objet existe ou non). Ensuite, le plaisir ou la peine, qui s’attache à l’objet du désir, n’est pas toujours antérieur à ce désir, et par conséquent il n’en doit pas toujours être considéré comme la cause, mais il en peut être aussi regardé comme l’effet.

On appelle sentiment la capacité de trouver du plaisir ou de la peine dans une représentation, parce que l’un ou l’autre ne contient que l’élément purement subjectif de nos représentations, et n’a point de rapport aux objets et à la connaissance que nous en pouvons

  1. Begehrungsvermoegen.
  2. Empfaenglichkeit.
  3. Gefühl.