Page:Kant - Doctrine du droit.djvu/5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

l’être à dessein, pour affecter l’apparence de la profondeur ; je ne puis mieux prévenir ou éviter ce reproche qu’en m’empressant de me soumettre au devoir que M. Garve, un philosophe dans le vrai sens du mot, impose à tous les écrivains, particulièrement aux écrivains philosophiques ; et je m’engage pour ma part à ne m’en écarter qu’autant que l’exigera la nature de la science, qu’il s’agit de corriger et d’étendre.

Ce philosophe a raison de vouloir (dans son ouvrage intitulé Mélanges [1], p. 352 et suiv.) que toute doctrine philosophique, sous peine de rendre son auteur suspect d’obscurité dans les idées, puisse arriver à la popularité (c’est-à-dire à un degré suffisant de clarté pour être comprise de tout le monde). J’accorde cela volontiers, pourvu qu’on fasse une exception en faveur du système de la critique de la raison même et de tout ce qui ne peut être déterminé que par elle ; car il s’agit alors de distinguer dans notre connaissance de ce qui est sensible ce qui est suprasensible, mais est pourtant du ressort de la raison. Ce système ne peut jamais devenir populaire, et il en est de même en général de toute métaphysique formelle, quoique les résultats en puissent être rendus évidents pour la simple raison (d’un métaphysicien sans le savoir). Il ne faut

  1. Vermischte Aufsaetze