Page:Kant - Doctrine du droit.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


losophie avant laquelle il n’y en avait point encore, elle ne fait autre chose que ce qu’ont fait, feront et doivent faire tous ceux qui construisent une philosophie d’après leur propre plan.

Une objection qui aurait une moindre importance, mais n’en serait pourtant pas tout à fait dépourvue, ce serait qu’une idée, qui servirait à distinguer essentiellement cette philosophie, au lieu d’en être le propre fruit, eût été empruntée à une autre (ou aux mathématiques). Telle est la découverte que prétend avoir faite un critique de Tubingue : selon lui la définition de la philosophie en général, que l’auteur de la critique de la raison pure donne pour une idée venant de lui et n’étant pas à dédaigner, aurait été, il y a bien des années déjà, donnée par un autre presque dans les mêmes termes [Note de l’auteur 1]. Je laisse à chacun le soin de décider si les mots intellectualis quædam constructio ont pu faire naître la pensée de l’exhibition d’un concept donné dans une intuition à priori[1], cette pensée qui, du même coup, servit à distinguer d’une manière très-déterminée la philosophie des mathématiques[2]. Je suis sûr que Hausen lui-même se serait refusé à admettre cette dé-

  1. Darstellung eines gegebenen Begriffs in einer Anschauung a priori.
  2. Voyez pour l’éclaircissement de ce point la Critique de la raison pure, Méthodologie. J. B.

  1. « Porro de actuali constructione hic non quæritur, cum ne possint quidem sensibiles figuræ ad rigorem definitionum effingi ; sed requiritur cognitio eorum, quibus absolvitur formatio, quæ intellectualis quædam constructio est. » (C. A. Hausen, Élem. Mathes, pars. I, p. 86. A. 1734).