Page:Kant - Mélanges de logique.djvu/63

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Or, une substance, fut-elle unie à d’autres par des rapports, si ces rapports ne changent pas, ne peut non plus subir aucun changement d’état interne. Ainsi, dans un monde privé de toute espèce de mouvement (car le mouvement est le phénomène d’un changement de rapport), on ne verra pas la moindre succession dans l’état interne des substances.

Donc l’abolition du rapport des substances entraîne l’anéantissement de la succession et du temps.


DÉMONSTRATION.

Qu’une substance simple, privée de tout rapport avec d’autres, existe solitaire, je dis que son état interne ne peut subir aucun changement. En effet, puisque les déterminations qui se rapportent à la substance interne sont elles-mêmes des effets de raisons internes, avec exclusion de l’opposé, une autre détermination ne pourrait survenir qu’en vertu d’une autre raison. Mais, comme l’opposé de cette raison est dans les raisons internes, et qu’aucune raison externe ne survient, d’après la supposition, il est clair que cette détermination ne peut survenir dans la substance.

Autre détermination. — Tout ce qui est le fait d’une raison déterminante doit se trouver avec elle ; car il est absurde que, la raison déterminante étant posée, le raisonné ne le soit pas. Il faut donc que tou