Page:Kant - Mélanges de logique.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


APPLICATIONS.

1. Comme le lieu, la situation, l’espace, sont des relations des substances par rapport à d’autres substances qui s’en distinguent réellement par des déterminations mutuelles, et sont par cette raison contenus dans un rapport externe ; comme aussi nous avons vu démonstrativement que la seule existence des substances n’implique pas par elle-même un rapport de ces substances avec d’autres, il est évident que si l’on admet l’existence de plusieurs substances, il ne s’ensuivra pas que le lieu et la situation soient en même temps déterminés, non plus que l’espace, qui se trouve mêlé à toutes ces relations diverses. Mais, comme le rapport mutuel des substances demande un plan conçu relativement dans la représentation efficace de l’entendement divin, et que cette représentation est tout à fait arbitraire pour Dieu, qui peut fort bien, selon son bon plaisir, l’accepter ou la rejeter, il s’ensuit que les substances peuvent exister à la condition de n’être nulle part, et sans aucune relation, par rapport aux choses de notre univers.

2. Comme il peut y avoir dans l’univers, si Dieu le trouve bon, plusieurs substances isolées qui soient néanmoins unies entre elles par un certain rapport de déterminations, produisant par là le lieu, la position