Page:Kant - Mélanges de logique.djvu/8

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Proposition II.
Il y a deux principes absolument premiers de toutes les vérités : l’un est celui des propositions affirmatives, à savoir, Quicquid est est (Tout ce qui est est); l’autre est celui des propositions négatives, à savoir : Quicquid non est non est (tout ce qui n’est pas n’est pas). On les comprend tous les deux à la fois sous la dénomination, généralement admise, de principe de l’identité.

Je répète qu’il y a deux sortes de démonstration, la démonstration directe et la démonstration indirecte. La première déduit la vérité en partant de la convenance des notions du sujet et du prédicat, et a toujours pour fondement cette règle : Lorsque envisageant le sujet, soit en lui-même, soit dans ses rapports, nous voyons qu’il présente les caractères renfermés dans la notion du prédicat, ou qu’il exclut ceux qui sont exclus par cette même notion, nous devons en conclure que ce prédicat convient à ce sujet. En d’autres termes et plus clairement : Quand il y a identité entre la notion du sujet et celle du prédicat, la proposition est vraie. Ce qui revient à dire en termes très-généraux, comme doit l’être un premier principe : Quicquid est est, et quicquid non est non est (Tout ce