Page:Kant - Mélanges de logique.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


possible que des connaissances générales ne se com­posent pas seulement d’un petit nombre de nouons fondamentales. Un grand nombre ne peuvent donc absolument pas être analysées, par exemple la notion d’une représentation, la simultanéité ou la succession ; d’autres ne peuvent être analysées qu’en partie, telles que les notions d’espace, de temps, de toute espèce de sentiment de l’âme humaine ; les sentiments du sublime, du beau, du laid, etc., sans la connaissance et l’analyse précises desquels cepen­dant les mobiles de notre nature ne sont pas suffisam­ment connus, et où néanmoins un observateur attentif verra que l’analyse est loin d’être suffisante. J’avoue que les définitions du plaisir et de la peine, du désir et de l’aversion, et d’une infinité d’autre pareilles, n’ont jamais été Je résultat d’analyses par­faites, et je n’en suis pas surpris. En effet, des no­tions d’espèces si différentes doivent avoir pour fonde­ment des notions constitutives très-diverses. La faute commise par quelques-uns, de traiter toutes les con­naissances comme si elles étaient susceptibles de se résoudre en un petit nombre de notions simples, est celle des anciens naturalistes, qui s’imaginaient que toute matière, dans le monde, se compose des quatre éléments convenus, imagination démentie par une observation plus exacte.

Nous disons de plus qu’en mathématique il n’y a