Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/281

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

docilité que vous donnez à vos vrais Disciples, afin que je vous obéïsse en toutes choses.

Je vous abandonne generalement tout ce qui est dans moi, afin que vous le reformiez : car il vaut bien mieux être corrigé en cette vie, que puni en l’autre.

Vous connoissez toutes choses, tant generales que particulieres, & dans le fond même des consciences rien n’est caché à vos yeux.

Avant que les choses arrivent, vous les prévoyez, & vous n’avez pas besoin d’être averti de ce qui se passe sur la terre.

Vous ne pouvez ignorer ce qui m’est utile pour mon progrès spirituel, ni combien la tribulation m’est necessaire pour me purger de mes vices.

Disposez de moi selon votre bon plaisir, & ne souffrez pas que ma vie, dont vous voyez mieux que personne les désordres, demeure sans amandement.

Faites que je sçache ce qu’il faut sçavoir ; que j’aime ce qu’il faut aimer ; que je loüe ce que vous loüez ; que j’estime ce que vous estimez ; que je condamne ce que vous condamnez.

Ne permettez pas que je regle mon jugement sur ce que je vois, ni sur ce que j’entends dire à des personnes