Page:Kropotkine - L Entraide un facteur de l evolution, traduction Breal, Hachette 1906.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la satisfaction d’un besoin spécial ; la propagation de l’espèce, les migrations, la chasse ou la défense mutuelle. Elle se produit même accidentellement, quand les oiseaux, par exemple, s’associent contre un pillard, ou que des mammifères s’unissent sous la pression de circonstances exceptionnelles pour émigrer. En ce dernier cas, c’est une véritable dérogation volontaire aux mœurs habituelles. L’union apparaît quelquefois à deux ou plusieurs degrés — la famille d’abord, puis le groupe, et enfin l’association de groupes, habituellement disséminés, mais s’unissant en cas de nécessité, comme nous l’avons vu chez les bisons et chez d’autres ruminants. L’association peut prendre aussi une forme plus élevée, assurant plus d’indépendance à l’individu sans le priver des avantages de la vie sociale. Chez la plupart des rongeurs, l’individu a sa demeure particulière, dans laquelle il peut se retirer quand il préfère être seul ; mais ces demeures sont disposées en villages et en cités, de façon à assurer à tous les habitants les avantages et les joies de la vie sociale. Enfin, chez plusieurs espèces, telles que les rats, les marmottes, les lièvres, etc., la vie sociale est maintenue malgré le caractère querelleur et d’autres penchants égoïstes de l’individu isolé. Ainsi l’association n’est pas imposée, comme c’est le cas chez les fourmis et les abeilles, par la structure physiologique des individus ; elle est cultivée pour les bénéfices de l’entr’aide, ou pour les plaisirs qu’elle procure. Ceci, naturellement, se montre à tous les degrés possibles et avec la plus grande variété de caractères individuels et spécifiques ; et la variété même des aspects que prend la vie sociale est une conséquence, et, pour nous, une preuve de plus de sa généralité[1].

La sociabilité — c’est-à-dire le besoin de l’animal

  1. Il n’en est que plus étrange de lire dans un article déjà cité