Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/162

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


138 LES MANUSCRITS DE LÉONARD DE VINCI

34 r.

Il n'y pas de force sans mouvement, ni de mouvement sans force.

34 V.

Force.

Je dis que la force est une violence, une vertu spirituelle, une puissance invisible, qui, par une violence accidentelle, extérieure, est générée par le mouvement, introduite et infuse dans les corps qu'elle détourne de leur être, les douant d'une activité merveilleuse- ment puissante. Elle contraint toute chose créée à changer de forme et de place, s'élance avec furie à son extinction, et va, se diversi- fiant selon les causes. La lenteur l'accroît et la vitesse l'épuisé ; elle naît par violence et meurt de sa liberté et plus elle est grande plus elle meurt vite. Elle repousse furieuse- ment ce qui s'oppose à sa destruction, elle peut vaincre et tuer la cause qui lui fait obsta- cle, et victorieuse, elle meurt. Sa puissance s'accroît par les obstacles ; elle renverse fu- rieusement tout ce qui s'oppose à sa mort. Toute chose cherche à durer, toute chose contrainte contraint à son tour. Rien ne se

�� �