Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


174 LES MANUSCRITS DE LEONARD DE VINCI

chante suavement en mourant, et ce chant termine sa vie.

Cigogne. — Celle-ci se guérit en buvant de l'eau salée ; si elle trouve sa compagne en faute elle l'abandonne.

Quand elle est vieille, ses enfants la couvent et la nourrissent jusqu'à sa mort.

14 r.

Cigale. — Son chant fait taire le coucou ; elle meurt dans l'huile et ressuscite dans le vinaigre ; elle chante par les étés ardents.

Chauve-souris. — Pour le vice qui ne peut rester où est la vertu ; celle-ci perd la vue, là où la lumière a le plus d'éclat et d'autant qu'elle regarde le soleil.

Perdrix. — Elle se transforme de femelle en mâle et oublie son premier sexe. Elle vole par envie les œufs aux autres et les couve, mais les petits suivent leur vraie mère.

Hirondelle. — Avec la Chélidoine elle rend la lumière à ses petits aveugles.

14 v.

Huître pour la trahison. — Elle s'ouvre à la pleine lune, et le crabe lui jette une pierre

�� �