Page:Léonard de Vinci - 14 manuscrits.djvu/354

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


330 LES MANUSCRITS DE LEONAUD DE VIXCI

19 r.

Du jugement que tu as à faire d'une œuvre de peinture. Tu as à considérer d'abord les figures, si elles ont le relief nécessaire à leur place et la lumière qu'il faut et que les om- bres ne soient pas semblables au milieu et aux extrémités de la composition.

Autre chose est d être entouré par les om- bres, autre chose est de les avoir d'un seul côté ; celles du milieu sont donc le premier cas ; elles sont ombragées par les figures obs- cures interposées entre elles. Celles-là sont ombragées d'un seul côté qui sont interpo- sées entre la lumière et la composition ; car ou on ne voit pas la lumière, la composition la voit et il s'y représente l'obscurité de la com- position; ou on ne voit pas la composition et la lumière en sort et s'y représente avec clarté.

En second lieu, que les figures soient dis- posées, selon le sens de la composition.

Troisièmement, que l'on voie tout de suite le caractère des figures.

19 V. Le paysage veut des arbres demi-éclairés

�� �