Page:L’Étourdi, 1784.djvu/136

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
115
L’ÉTOURDI.


„ annoncé comme le cercle du bon goût & de l’amabilité, il n’y voit régner que la médiſance, l’envie y tient ſon rang, la jalouſie n’y eſt point oubliée, à ſon côté eſt placé le menſonge ; l’on n’héſite point à ſacrifier à un bon mot, ou à ſon intérêt ; les liens du ſang, ceux de l’amitié, ceux même de l’amour ; dans le commencement, ſon cœur, qui eſt peu fait à de telles idées, en gémit ; mais malheureuſement il y a quelque femme qui, à ſes yeux, l’emporte ſur toutes les autres, il veut lui plaire, & ne peut y parvenir qu’en ſe conformant à ſon caractere. — Amant ſoumis, il ſe familiariſe avec les vices de ſes amours, & l’habitude qu’il en contracte, jette chez lui des profondes racines qu’il n’eſt plus en ſon pouvoir d’arracher. Ainſi la compagnie des Dames qui devroient former des hommes aimables, devient l’écueil des plus heureux naturels. “

La mer où la vôtre a fait naufrage, était ſans doute bien orageuſe, lui dit une autre femme qui était piquée au