Page:L’Étourdi, 1784.djvu/258

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
75
L’ÉTOURDI.


eſt très-blanche ; des grands yeux d’un bleu foncé, des ſourcils & des longues paupieres noires, une bouche vermeille, de belles dents, un joli nez, des joues pleines & coloriées, un menton arrondi, des cheveux bien plantés ; voilà le viſage qui deſire trouver grace devant vous. Je ſuis blonde, & vous êtes brun, d’où il réſulte que nos enfans ſeront châtains, ce qui ne laiſſe pas d’avoir ſon agrément

Mes défauts ſont un peu de coquetterie ; mais elle conſiſte plutôt dans le deſir de plaire, que dans celui d’être aimée ; car ce défaut eſt corrigé & maintenu dans ſes effets par une fierté ſévere qui me fera toujours diſtinguer les hommages qui peuvent me flatter des tributs intéreſſés qui doivent m’offenſer. Un peu trop d’indifférence & de langueur, plus de ſolidité & de réflexions que mon âge n’en exige. Voilà tes traits qu’il faudra adoucir ou effacer dans le tableau ; ce ſera votre ouvrage.

Si vous me voulez, adreſſez-vous, s’il vous plaît, à M. de ..... mon couſin, rue des .... fauxbourg St. .... qui

D 2