Page:L’Étourdi, 1784.djvu/71

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
50
L’ÉTOURDI.


re, un vrai phantôme, une illuſion, qui n’exiſte que dans les romans, & pour les gens mal-adroits, elles la nomment en s’y dérobant.

„ Je vais, avec rapidité, faire paſſer ſous tes yeux toutes les femmes de notre ſociété. Tu ne les a vu qu’en perſpective ; & le lointain t’a dérobé leurs défauts. Ma lorgnette va te les rapprocher. Fatime eſt la premiere que ſaiſira mon verre.

Fatime pour qui l’on a un eſpece de vénération, Fatime que l’on reſpecte tant, mérite réellement de l’être ; mais tout gît dans l’acception du mot. Ce n’eſt qu’après avoir trouvé des hommes toujours reſpectueux qu’elle s’eſt retranchée ſur ce ſentiment, que tous ces ſoins, ni ceux de l’art, n’ont pu faire changer. Rien de mieux imaginé que cette convention des deux ſexes. Un homme qui n’a, & qui ne peut reſſentir aucun deſir auprès d’une femme ſemblable à Fatime, ſe tire d’affaire en diſant qu’il la reſpecte, & une femme qui n’a pas aſſez de charmes pour faire