Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/126

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

112
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


premier ayant appelé certain laquais qu’il avait alors, il lui donna la tête de l’avorton et un grand clou qu’il arracha de la muraille, et lui ayant commandé de l’aller attacher à la porte du procureur du roi, il se mit au lit.


  Lecteur, reprends encore haleine,
  En attendant que d’Hippocrène
J’aille troubler le liquide cristal :
Je suis doué d’une si faible veine
  Et je crains tellement la peine
  Que le moindre excès me fait mal.




Fin de la deuxième partie.