Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/188

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

174
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


l’effet dangereux qui s’ensuivrait si j’avais pour vous la condescendance que vous souhaitez. En quel état misérable me réduiriez-vous si, par des suites honteuses et presque inévitables, on venait à connaître ce que j’aurais fait pour vous ? Toute la terre ne me regarderait qu’avec honte, et je serais le mépris, après une semblable infamie, de ceux qui désirent à présent, avec une passion violente, de m’épouser. Je sais bien que l’honneur n’est qu’une chimère, une belle imagination qu’on a inventée pour tenir les personnes de notre sexe dans leur devoir ; mais ce sont des fantômes visionnaires après lesquels nous sommes nécessitées de courir pendant un certain temps, si nous voulons vivre heureuses. Quand nous sommes engagées dans le mariage, alors notre infamie est bien moindre, étant partagée : nous avons la liberté de tout faire, puisqu’un manteau couvre nos désordres, et comme nous n’en avons point de témoins et qu’on n’en parle que par de faibles conjectures, nous traitons hardiment de médisances et d’impostures tout ce qu’on en peut dire. C’est dans ce temps-là, mon cher Cléandre, ajouta-t-elle, que nous vivrons heureux et que, par art merveilleux, nous unirons plus fortement nos cœurs et nos âmes. Schelicon, ce docteur que vous connaissez et à qui, sans doute, par sa grande faiblesse, je donnerai le plus que je souhaite, me rend de fréquentes visites et fait voir tout l’empressement possible à m’épouser.