Page:L’Anarchie passive et le comte Léon Tolstoï.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XV

Après tout ce qui vient d’être dit, nous arrivons nécessairement à la conclusion que la vie est intimement liée avec la lutte, on pourrait même dire que la lutte, sous ses différentes formes, constitue l’essence de la vie, car, même entre les divers tissus et cellules de l’organisme vivant, on remarque un perpétuel antagonisme, et dès que quelque tissu, quelque cellule trouvent l’occasion de faire violence aux autres tissus et cellules contigus, ils le font et commencent à croître, à se multiplier d’une manière excessive en étouffant de plus en plus leurs voisins. C’est ainsi que se forment les tumeurs plus ou moins malignes, c’est ainsi que se forment les différentes hypertrophies, et la santé de chaque organisme vivant ne peut être conservée qu’en