Page:La Bigne Villeneuve - Cartulaire de l’Abbaye Saint-Georges.djvu/405

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
− 395 −
IV.

ADÈLE [II] de Bretagne, sœur d’Alain Fergent, duc de Bretagne ; elle était fille du comte de Nantes, Hoël, devenu duc de Bretagne par son mariage avec Havoise, fille d’Alain III, et qui recueillit l’héritage de son frère Conan II, mort sans enfants.

Adèle fut élue l’an 1080, c’est l’évêque Sylvestre de La Guerche qui la bénit.

Le jour même de son élection, Alain Fergent, en présence de tous ses barons, confirma solennellement la fondation de Saint-Georges et ratifia tous les dons concédés au monastère par ses prédécesseurs. Il y ajouta de nouveaux revenus, sur ses vignobles de Quimper notamment.

En 1121, le duc Conan-le-Gros confirmait à sa tante Adèle les droits sur la navigation de la Loire qu’elle tenait primitivement du comte Mathias, son frère, mort en 1103. Dans une autre charte confirmative donnée en 1158, par Conan IV, elle est appelée « Adelina. »

Si l’on adopte les calculs des chroniqueurs de l’abbaye, le règne d’Adèle fut d’une longueur remarquable : elle ne gouverna pas moins de soixante-sept années, car son décès n’eut lieu que le 14 octobre 1152. Il est difficile d’admettre qu’il n’y ait pas ici quelque lacune.

Elle laissa le monastère dans l’état florissant où son habile administration avait su le placer et le maintenir.

Comme fille de la Maison de Bretagne, on lui donne pour armes « d’hermines plein. »

V.

ADELAÏDE de Mathefelon, fille de Thibaud de Mathefelon et de Marquize de Vitré, fut bénite en 1153 par