Page:La Bigne Villeneuve - Cartulaire de l’Abbaye Saint-Georges.djvu/412

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
− 402 −

avant sa mort, qui eut lieu le 1er mars 1274, elle transigea avec le Chapitre de Dol, au sujet des dîmes de la paroisse de Saint-Georges de Gréhaigne.

Armes : « d’argent à trois fasces de gueules. »

XV.

GUYOTE d’Erbrée, sœur d’Hervé d’Erbrée, clievalier, et nièce d’Agnès, précédente abbesse, ne gouverna que l’espace de quatre ans. Elle eut des démêlés et des procès à soutenir, pour sauvegarder les droits et prérogatives de son monastère, avec les seigneurs de Tinténiac. Son décès est du 9 août 1278.

Armes : « d’argent à trois molettes de sable. »

XVI.

JEANNE (ou Jamette) des Boschaux (ou Bosquaux). — Une note inédite, empruntée aux titres de Saint-Georges, semble autoriser à penser qu’une lacune existe entre Guyote d’Erbrée et Jeanne des Boscbaux. Elle ne fut consacrée abbesse qu’en 1282, par Guillaume de la Pioche-Tanguy. Doit- on en inférer qu’il y avait eu contestation au moment de son élection et que des rivalités se produisirent ? Aucun document ne l’atteste. Jeanne mourut en 1294, le 19 mai.

Le P. Albert dit qu’elle donna sa démission le 19 mai 1294.

Armes : « de sable à la bande d’argent chargée de trois coquilles de gueules. » (Arch. d’Ille-et-Vilaine, fonds de Saint- Georges, Catal. des abbesses.)

Le manuscrit de 1718 lui donne d’autres armoiries : « d’hermines au chef de gueules. »