Page:La Curne - Dictionnaire historique, 1875, Tome 10.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
VIN
VIO
— 171 —


— « Le vin n’a point de chaussure, » l’ivrogne laisse voir vite son défaut. (Id.) — « On ne doit pas mentir en vin. » (Id.) — « On ne cognoist pas le vin aux cercles. » (Id.) — « Pain tant qu’il dure, vin à mesure. » (Id.) — « Pot au vin flatte l’homme. » (Id.) — « Plus a parole en un setier de vin qu’en un mui d’eaue. » (Ms. S. Germ. 75.) — « Qui bon vin boit, il se repose. » (Cotgrave.) — « Qui vin ne boit après salade est en danger d’estre malade. » (Id.) — « Semelles et du vin passent chemin. » (Id.) — « Si vous avez mal à la teste, prenez du vin. » (Id.) — « Souppe en vin, herbe à limaçon. » (Cotgr.) — « Vin de grain est plus doux que n’est pas vin de presse. » (Cotgrave.) — « Vin pour saveur, drap pour couleur. » (Cotgr.) — « Vin sur laict c’est souhait ; laict sur vin, c’est venin. » (Id.) — « Vin trouble ne brise dens. » (Id.) — [ « Comme il avoit beu de fors vins de Portugal. » (JJ. 90, p. 254.) — « Amis assemblez pour boire le vin de fiançailles. » (JJ. 113, p. 332.) — « Vin de saint Jangon, vin d’Aussoire, vin de Beaune, et vin de Rin ; et le sixiesme et plus especial fut vin de Tubranne. » (Réc. d’un bourg. de Valenc. p. 58.)]

Vinade. Droit de charroi : « La viuddc entière » est entendue par deux paires de bœufs, i^i la dif■ férence de la bouade qui n’est pas d’une paire de « bœufs, ou une charrette. » (Laur.) Vinage. 1° « Vinar/e dû pour et au lieu de cen• sives sur vignes, et se doit payer ii bord de cuves « et ne peut le détenteur tirer son vin sans premierement avoir paye icelui droict. « (Coût. Cén. I, 303.) — 2" >i Droits qui se payent aux seigneurs « par les communautés et territoires, en bled, en « vin, en argent, en conséquence de quoy les seio gneurs font réparer les ponts et les passages. » (Id.) — 3" Bonne chère. (Id.) — A « Trempe: Dou preu Hector je te fais monstre Com vaillamment se combatoit

Dont toutes forces abatoit;

Tu en as bien en ton linage

Oui sont auques de ce vinarje

Moult prisié et moult renommé. {Froiss. }}■ 34.] Vinaige. Vin en quantité : « Feirent de leurs « maisons force vivres et vinaige apporter. » (Rab. IV, p. 4.) — « Vinaige suivoit à la queue de paour « des esquinanches. » (Id. 252.) — » Pour lesquels « cuire et digérer facilement vinaige esloit multi. plié. » (Id.l). 2.56.)

Vinaigre. « Chier, pisser vinaigre, » faire tout en ses chausses par grant détresse. (Rabel. II, 180.)

— • Pisse vinaigre, » avare. (Id.) — « Mine à taster « du vinaigre, » visage renfrogné. (Oud.) — « Il a « beu du vinaigre. « (Id.) — « "Manteau doublé de • vinaigre, « sans doublure. (CoUerye, p. 119.) — « L’on m’ha dicl que ces tant femmes de bien ont « communément maulvaise teste ; aussi ont elle « bon vinaigre en leur mesnaige. » (Rabel. lli, 51.)

— « Vinaigre, vinaigre ! « c’est encore la coutume en Languedoc quand on a tiré un lièvre de crier vinaigre, parce que c’est la sauce à laquelle on accommode cet animal.

Vinaigrette. Sauce au vinaigre : • In coup de « |)0iiig à la vinaigrette. » (Oud.) Vinaigrier. ■■ Vous me baisez vinaigrier «  (Ôiul.), vous me fichez.

Vinant. Qui a pris couleur et iiualilé, en parlant du vin :

Et du vin soit rinitns ou vert

Se forme et crée une vimpierre

Dont gravelle se fait. [Dcsrh. f. 473.) Vinanle. Quartier, dans le patois de Liège. (D’IIémericourt, de la noblesse de Liège.) Vincenet.

Vert jus est parent à verdure

A Roisin bois, à vigne dure,

A verdelet quand l’hyver dure,

. l’iiiceiiet, à pisse aigret. (ilolin. p. ifi.’i.j Vincent. « A la S’Vincent, û l’hyver s’engrine, — si l’allcnd. » (Cotgr.)

Vincil)osse. Chèvrefeuille. (Cotgr.) Vinder, eren. « Les petites loix, nommées « vinderen ont la connoissance et adjudicature des « dettes contre les bourgeois et les habitansjusques » à vingt sols de gros inclusivement au dessous et « non au dessus, en action personnelle. » (N. C. G. I, 993.) — » Les mesmes vinderen sont devisées par « paroisses, quartiers, enceintes, et limites. » (N. C. G. I, 993.) — >> Quand la maison mortuaire est « liquidiéeet applanie, les dites dettes peuvent eslre « poursuivies, soit contre le survivant ou contre <■ les héritiers, pour leurs cotte parts, en ce qui est « à leur charge, aussi bien devant les eschevins de « lakeure, et les —î’/jK/ers respectivement que devant « les eschevins du second banc. » (N.C. G. I, f. 1012.) Vindicable. Vindicatif :

Vergongnable, non vergongneuse,

Doubteuse, trop non redoubtable.

Très vindicable, po piteuse. (Descli. f. il.) Et au.K mauvais qui sont perseverable Cilz réserva vengeance vindicable. [Desch. f. J04.J Vindication. Revendication : « La vindication « et le dépouillement de meubles est appellée « adveu ; aucuns le dienl estre la reintegrande « Les anciens l’ont aussi appelé sauvegarde. » (Gr. Coût, de France. Il, f. 135.) Vindicte. Vengeance. (Colgrave.)

Vindiquer. Venger de : « Ayant esté par cy — devant en estimation de telle grandeur et exceflence de cœur et de puissance que de vindiquer « de toute injure, non seulement eux. mais aultruy. . (Mém. de du Bellay. VI, (. 178.) Vineaux. « Pour.xxiv. aunes de deux royes de « gant de.u. pièces, à faire vineau.t : pour le corps, « et pour commun de monsieur le daulphin pour « cause de la dite chevalerie. » (D. C.) Vinée. 1" Vendange : • L’an de la bonne vùiee. » (Rabel. Ane. Prol. IV, f. 1 « .) — 2° Vente du vin : » Après ce que les Anglois eurent déconfit messire « .fehan Bucq (qui vènoit de la Rochelle) ils en « eurent grant proffil ; et par especial ils eurent « bien neuf mille tonneaux de vin dont la vinée