Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 1.djvu/208

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
145
LIVRE II.


Ce que diſoit le Teſtament.
Le peuple s’étonna comme il ſe pouvoit faire
Qu’un homme ſeul euſt plus de ſens
Qu’une multitude de gens.