Page:La Fontaine - Fables choisies, Barbin 1692, tome 3.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’on n’aime pas toûjours l’humeur ambitieuſe.
Adieu Meſſieurs de cour ; Meſſieurs de cour adieu.
Suivez juſques au bout une ombre qui vous flate.
La Fortune a, dit-on, des temples à Surate ;
Allons-là. Ce fut un de dire & s’embarquer.
Ames de bronze, humains, celuy-là fut ſans doute
Armé de diamant, qui tenta cette route,
Et le premier oſa l’abyſme défier.
Celuy-cy pendant ſon voyage
Tourna les yeux vers ſon village
Plus d’une fois, eſſuyant les dangers
Des Pyrates, des vents, du calme & des rochers,