Page:La Landelle - Le Dernier des flibustiers, Haton, 1884.djvu/134

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

et étrangers, entre lesquels Béniowski avait distribué les grades de capitaine et de lieutenant.


Vers la fin du mois de septembre 1773, au coucher du soleil, la terre de Madagascar fut aperçue à l’horizon et saluée par les cris d’allégresse de tous les volontaires. Et le lendemain, dès la première heure, Colletti le Napolitain saluait de vingt et un coups de canon le retour de son cher commandant.

IX

LE SECOURS DE DIEU.

LES FATTIARAH OU SERMENT DU SANG. – YVES DE KERGUELEN.

— Corne de Licorne ! s’écria le chevalier Vincent du Sanglier et du Capricorne, ils ne vous ont pas accordé mon brevet de commandant. Il y a, je vous le répète, du Stéphanof et du Luxeuil sous roches ; mon général, prenez garde à vous ! Si vous vouliez m’en croire, vous n’iriez pas à l’Île-de-France vous frotter à messieurs de Ternay et Maillard du Mesle. Débarquez ici, nous sommes en forces.

— Il est assurément regrettable que MM. Desroches et Poivre aient été remplacés, répondit Béniowski ; mais M. de Ternay qui jouit de la plus honorable des réputations, et M. Maillart, dont j’ignore les précédents, sont à l’Île-de-France les représentants du roi ; j’ai le devoir de m’entendre avec eux ; et, certes, je ne commencerai pas par violer mes instructions….