Page:La Nouvelle Revue - 1897 - tome 108.djvu/268

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
270
LA NOUVELLE REVUE

l’abime reparaissait à ses côtés, sombre et béant. Un jour, il écrit en s’écartant, déçu, d’une amitié improvisée. « Je sens, je comprends qu’il ne peut rien, absolument rien pour moi ». C’est là une pensée de naufragé dans laquelle la terreur et la résignation se combinent étrangement.

Le dénouement fut brusque. C’était vers la fin des froids. Il alla chercher le printemps — ce printemps qu’il aimait tant — aux confins de la Pousta Éternelle et apprendre, à la source de tout savoir, le secret de la naissance, de la vie et de la mort.

Pierre de COUBERTIN.