Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
vi
PRÉFACE.

de la justesse : cet aveu est mon excuse, en même temps qu’il sollicite l’indulgence des lecteurs.

C’est dans cette vue, que j’ai respecté religieusement le caractère du style de chaque auteur, en soumettant simplement ses formes aux règles reçues du langage : mais quand il m’est venu quelque idée qui pouvait servir de liaison aux autres, une expression qui pouvait compléter une image, la rendre plus saillante, ou donner à la phrase plus d’harmonie sans altérer le fond, j’ai cru pouvoir l’employer.

L’ouvrage qu’on va lire eût sans doute été plus précieux, s’il fût sorti de la plume de l’ex-ministre Fleurieu, qui l’eût enrichi de ses profondes connaissances : je dois cependant annoncer que je l’ai consulté toutes les fois que j’ai eu quelques doutes ; et j’ai toujours trouvé en lui cette complaisance et cette modestie, compagnes inséparables du vrai talent et de la science.

Si recueillir, disposer, rédiger convenablement toutes les parties d’un tel ouvrage, était une entreprise difficile, les détails relatifs à sa publication,