Page:La Pérouse - Voyage de La Pérouse, Tome 1.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
xxii
DISCOURS

aux progrès de l’astronomie ; elle nous donne dans les distances de quelques astres dont le mouvement est rigoureusement calculé, des bases certaines qui permettent de déterminer, avec une précision suffisante pour la sûreté de la navigation, la longitude au milieu d’une mer immense, où jusqu’alors on n’avait pu l’établir que par une approximation à peu près arbitraire, qui exposait aux plus grandes erreurs. Ce bienfait de l’astronomie assure désormais le fruit de nos expéditions et le perfectionnement de la géographie.

Il existe sans doute des moyens de hâter cet heureux résultat ; et c’est ici le lieu d’exposer quelques idées sur un objet aussi important. Ces moyens pourraient être combinés dans une sorte de congrès formé par des agens des principales puissances maritimes qui voudraient participer à la gloire d’une telle entreprise.

Le congrès, composé d’astronomes, d’hydrographes et de marins, s’occuperait du tableau de toutes les aciennes découvertes non retrouvées